N'hésitez plus, demandez votre devis personnalisé

POUR TOUT PNEU COMMANDÉ

LE MONTAGE VOUS EST OFFERT

Depuis le 1er novembre, les manufacturiers doivent afficher sur chacun de leur pneu une étiquette de notation selon 3 critères bien définis et fixés par la règlementation européenne.

 

Ainsi, chaque fabriquant réalise ses propres tests et publie son étiquette en parfaite autonomie, tout en suivant les méthodes d’essai et les recommandations du Parlement Européen stipulées dans le fameux règlement (CE) No 1222/2009. Par exemple : l’adhérence sur sol mouillé et le bruit de roulement externe sont testés en extérieur, en conditions réelles, alors que la résistance au roulement est testée en intérieur.

 

Mais, cela soulève la question de la véracité des informations contenues dans les étiquettes et l’on peut donc se demander qui va vérifier l’exactitude des données fournies par les manufacturiers?

 

En France, nous sommes donc retardataires puisque officiellement personne n’a été chargé de cette délicate mission.

 

En effet, si la notation des appareils électroménagers, des appartements ou encore des voitures est surveillée et contrôlée minutieusement, celle des pneumatiques n’est encore officiellement soumise à aucune autorité. Cela laisse donc une porte ouverte à certain fabriquant peu scrupuleux mais très impliqué dans la course au fameux AA.

 

Bien sûr les fabricants doivent mettre à disposition des autorités des pays de l’UE les caractéristiques techniques et autres informations susceptibles de justifier du bien fondé de leur notation, mais cela suffit il vraiment si cette règlementation n’est soumise à aucune autorité de contrôle?

 

Comme l’explique la marque Nokian sur son site, « la surveillance est le seul moyen de s’assurer que les consommateurs, les transporteurs et les revendeurs de pneus ne soient pas induits en erreur. L’objectif est d’éviter que quiconque achète des pneus de piètre qualité ayant de nombreuses caractéristiques médiocres. »

 

En Finlande, pays d’origine des pneus Nokian, si c’est la TraFi (agence finlandaise de sécurité des transports) qui se charge de veiller à la bonne application de la règlementation, en France, nous sommes donc retardataires puisque officiellement personne n’a été chargé de cette délicate mission. Cependant, il serait logique que ce soit à la DGCCRF (Direction Générale de la Consommation, du Commerce et de la Répression des Fraudes) que reviendrait la charge de contrôler l’exactitude de ces données.